Commissaire

Comme gouvernement local, la commission scolaire favorise la participation des citoyens à son développement en leur permettant de s’exprimer sur leur système d’éducation. Tous les quatre ans, la population est appelée à élire le commissaire de sa circonscription qui la représentera au conseil des commissaires de sa commission scolaire. Cette possibilité de choisir ses représentants permet à la population d’exprimer son opinion, ses volontés, ses priorités afin d’améliorer les services éducatifs en fonction de la réalité locale.

L’élu scolaire constitue donc la voix de la population dans notre système public d’éducation, car il favorise les échanges et le dialogue avec les parents et l’ensemble de la population. Il est le lien entre la commission scolaire, ses concitoyens et les différents acteurs de son territoire. Cette proximité avec ses concitoyens lui permet de prendre des décisions qui répondront à leurs besoins. L’élu scolaire est aussi redevable. Il a le mandat d’expliquer ses choix à la population en s’assurant qu’elle est bien informée des décisions, des projets, des services offerts et des orientations prises par la commission scolaire. Le commissaire exerce donc des responsabilités similaires à celles d’un conseiller municipal.

Le commissaire doit connaître à fond les enjeux de son milieu de même que les tissus social, économique et culturel, afin de déterminer les réponses les plus appropriées aux besoins de formation de ses concitoyennes et de ses concitoyens. Les élus scolaires orientent, mandatent, consultent, adoptent et évaluent les budgets, les actions, les projets et les politiques de la commission scolaire.

Bien qu’ils participent activement au développement social, économique et culturel de leur région, la grande préoccupation des élus scolaires demeure, avant tout, d’assurer la réussite des élèves en offrant une chance égale à tous.

La Politique de la réussite éducative, lancée par le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport au printemps 2017, attribue un rôle particulièrement important aux élus scolaires comme levier de la mobilisation des différents acteurs et partenaires d’un milieu en faveur de la réussite et de la persévérance scolaires. Cette reconnaissance du rôle que jouent les élus scolaires dans leur communauté leur donne une légitimité encore plus grande comme acteur du développement d’un territoire. Ils se font porteurs d’une mission, celle d’assurer la réussite des élèves, et peuvent solliciter et convaincre les acteurs des différents milieux socioéconomiques de collaborer avec le milieu scolaire afin de mettre en oeuvre des projets novateurs pour répondre aux besoins de leur secteur.

Conseil des commissaires

La commission scolaire est administrée par un conseil des commissaires. Il est composé de huit à 18 commissaires, selon la taille de la commission scolaire, dont un président, tous élus par la population. Trois ou quatre commissaires représentants du comité de parents et d’un maximum de deux commissaires cooptés, si les commissaires élus et les commissaires-parents le jugent pertinent complètent le conseil des commissaires.

Tous les commissaires ont les mêmes pouvoirs, droits et obligations, à l’exception des commissaires cooptés qui n’ont pas le droit de vote au conseil des commissaires et au comité exécutif et qui ne peuvent être nommés vice-président de la commission scolaire.

Les séances du conseil des commissaires sont publiques. Elles doivent se tenir au moins quatre fois par année scolaire. Des séances extraordinaires peuvent s’y greffer, selon le souhait du président ou si deux commissaires en font la demande.

Depuis 2014, on compte 781 élus scolaires, dont 69 présidents élus par la population dans autant de commissions scolaires francophones (60) et anglophones (9).