• Alain Fortier, président de la FCSQ

    Comme bien des élus scolaires, c’est à titre de parent que j’ai amorcé mon engagement en politique scolaire. Après avoir assisté à l’assemblée générale des parents de l’école primaire fréquentée par mon fils, je suis rapidement devenu membre du conseil d’établissement, puis commissaire-parent au sein de la Commission scolaire des Découvreurs (CSDD). Élu commissaire aux élections scolaires de 2007, j’ai siégé au comité exécutif dès le début de mon mandat. En 2009, j’ai été élu président par mes pairs à la suite de la démission de la présidente de la CSDD. Dès lors, j’ai siégé au conseil général de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), où j’ai par la suite été élu membre du bureau de direction en août 2014. Lors des élections scolaires de novembre 2014, j’ai été élu président de la Commission scolaire des Découvreurs au suffrage universel. Je suis président de la FCSQ depuis juin 2017.

    Parallèlement à mon parcours politique, je suis aussi engagé en éducation sur le plan professionnel comme responsable de la formation pratique à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval. Ma profession m’a ainsi amené à visiter plusieurs milieux scolaires, partout au Québec. Cette expérience professionnelle de formateur d’enseignantes et d’enseignants m’a permis d’entrer en contact avec des gens qui font l’école dans des milieux et des environnements diversifiés.

    Mes expériences, tant politique que professionnelle, m’ont donné une vision globale des défis quotidiens des commissions scolaires ainsi que de leurs écoles et centres de formation. Ces expériences me procurent aussi une assise concrète pour débattre d’enjeux fondamentaux du réseau scolaire comme l’accès, pour toutes et tous, à une éducation gratuite de qualité sur tout le territoire, et la réussite des élèves.

    J’ai fait le saut comme candidat à la présidence de la FCSQ avec une vision claire du rôle du président et de celui de la Fédération comme gardiens de la démocratie scolaire. Mon slogan Réussir… ensemble ! est un cri de ralliement lancé aux commissions scolaires. Le leadership que nous devons assumer dans nos milieux doit être inspirant pour nos partenaires, responsables avec nous de la réussite de tous les élèves. C’est en travaillant en collégialité que nous, élus des commissions scolaires, parviendrons à partager avec tous nos partenaires du réseau de l’éducation notre passion de l’école publique et à les rassembler autour de la réussite des élèves.

  • Christiane Barbe, directrice générale de la FCSQ

    Je suis entrée en fonction comme directrice générale à la FCSQ en mai 2017, après avoir occupé pendant trois ans le poste de présidente-directrice générale de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Au cours de ma carrière de 36 ans dans la fonction publique québécoise, j’ai notamment été présidente de la Commission de la fonction publique du Québec, sous-ministre en titre au ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, de 2009 à 2011, et sous-ministre en titre au ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, de 2004 à 2009, après avoir occupé les fonctions de sous-ministre adjointe aux régions à ce même ministère, de 2001 à 2004.

    Titulaire d’un baccalauréat en relations industrielles de l’Université de Montréal, je détiens également une formation de 2e cycle en administration publique de l’École nationale d’administration publique. Membre de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, on m’a décerné, en 2011, un prix Professionnel émérite. J’ai également piloté le projet de BAnQ, qui s’est mérité le prix Rayonnement international décerné par l’Institut d’administration publique du Québec (IAPQ) en décembre 2016. Il s’agit du troisième prix de l’IAPQ attribué à un projet d’administration publique réalisé sous ma gouverne. Depuis tout récemment, j’assume la fonction de présidente de l’Institut d’administration publique de Québec (IAPQ).

    L’avancement de la société du savoir, de la culture et de l’éducation ont toujours été au cœur de mon engagement professionnel. C’est un privilège pour moi de mettre mon expertise au service d’un dossier aussi prioritaire pour le gouvernement que celui de l’éducation.