• Ginette Coté, présidente

    de l’entrée à la maternelle de ma fille, en 1977. Notre école de village nécessitant énormément d’entretien, je me suis impliquée et suis vite devenue la porte-parole des parents et de la communauté pour la construction d’une nouvelle école. Le défi était grand, mais nous avions une bonne équipe et nous avons profité de l’occasion pour négocier avec les élus municipaux dans le but d’offrir un gymnase double aux citoyens. Nous avons eu notre école, mais pas notre gymnase. Ce fut ma première tentative de partenariat fertile et devant l’échec de celle-ci est née ma détermination à m’impliquer pour le mieux-être des jeunes et de la population. Depuis 40 ans au service des jeunes et des citoyens, j’ai la conviction qu’ensemble, nous pouvons faire une différence et favoriser la réussite au plan culturel, social et éducationnel de tous les jeunes tout en les outillant pour répondre aux défis de demain.

  • Alain Ouellet, directeur général

    Je suis cadre supérieur depuis plus de 17 ans dans plusieurs domaines de gestion dont la direction d’établissements scolaires et la direction de différents services. Le quotidien d’un directeur général consiste en la mise en œuvre de plans stratégiques, le redressement financier, l’amélioration des pratiques de gestion, le changement organisationnel, et ce, en étroite collaboration avec les élus du milieu scolaire. Il est important d’être un gestionnaire visionnaire orienté vers les besoins des élèves et une gestion axée sur les résultats. La vision d’une communauté éducative engagée dans une culture de collaboration, l’amélioration continue des pratiques pédagogiques ainsi que des modes de gestion dans une perspective de réussite de la clientèle scolaire sont en lien direct avec nos valeurs et actions concrètes présentes et futures.

  • Conseil des commissaires

     

    De gauche à droite

    Diane Arsenault-Lirette, Marie-France Tremblay, Gladys Tremblay, Ginette Côté, Normand Tremblay, Bernard Girard, Lucie Charbonneau, Mélissa Bernier, Sylvie Dufour, Serge Desbiens, et Claude Lavoie

    Absents sur la photo
    Denis Cardinal, et Marc Gauthier

Commission scolaire de l’Estuaire - image 1Commission scolaire de l’Estuaire - image 2Commission scolaire de l’Estuaire - image 3

Portrait

La Commission scolaire de l’Estuaire s’étend sur un territoire de 350 kilomètres de côte, le long du littoral du fleuve St-Laurent et couvre le territoire de deux MRC, soit celles de la Haute-Côte-Nord et de Manicouagan, qui regroupent au total 16 municipalités, dont la plus populeuse est la ville de Baie-Comeau. L’une des particularités qui distingue notre organisation est assurément l’étendue de son territoire et la diversité marquée, tant sur le plan économique que démographique, des différentes municipalités qui la composent. Au cours des dernières années, cette réalité a engendré un important travail et une mobilisation des milieux pour la sauvegarde de la dernière école de village. Quotidiennement, nos équipes doivent user d’astuce et d’audace pour assurer la réussite des élèves dans plusieurs écoles dont la clientèle globale est sous la barre des 50 élèves. C’est d’ailleurs le cas du tiers des 21 écoles primaires de notre territoire.

Au cours des prochaines années, nous dirigerons notamment nos efforts vers l’augmentation du taux de réussite de nos élèves, et ce, peu importe leur secteur d’origine. En 2015, les gestionnaires de notre commission scolaire ont mis le « Cap vers la réussite » et entrepris un important virage pédagogique visant à mobiliser l’ensemble des ressources humaines de notre vaste organisation de manière à les outiller pour que tous ensemble, nous puissions contribuer à maximiser la réussite de tous les élèves qui nous sont confiés. Un tel projet commande inévitablement un changement et une harmonisation des pratiques pédagogiques et nous croyons que dans cinq ans, la fin imminente du plan d’engagement vers la réussite actuellement en cours d’élaboration sera une excellente façon de mesurer les impacts de nos efforts, qui, nous en sommes convaincus, se reflèteront dans les taux de réussite de notre clientèle. Un virage pédagogique important a également été entrepris cette année en formation professionnelle et en formation générale aux adultes.

Commission scolaire de l’Estuaire - image 1Commission scolaire de l’Estuaire - image 2Commission scolaire de l’Estuaire - image 3

Histoire

La Commission scolaire de l’Estuaire a officiellement vu le jour en juillet 1998 et est née de la fusion des Commissions scolaires de Tadoussac, Bersimis et Manicouagan. Parmi les moments marquants de notre organisation, citons notamment le décès accidentel, en 2001, du directeur général en fonction, M. Serge Bouchard, au nom duquel une école secondaire a par la suite été renommée ainsi que l’incendie des écoles primaires McCormick, à Baie-Comeau en 2003, et La Marée, à Pointe-Lebel, en 2009. Sur une note plus positive, nous sommes fiers de plusieurs prix et reconnaissances remportés par notre commission scolaire malgré sa petite taille, l’étendue de son territoire et son éloignement des grands centres dont quatre Prix d’excellence de la FCSQ.

Commission scolaire de l’Estuaire - image 1Commission scolaire de l’Estuaire - image 2Commission scolaire de l’Estuaire - image 3

Le partenariat avec le milieu

Notre commission scolaire a depuis longtemps placé le développement de partenariats fertiles avec le milieu au cœur de ses priorités. L’éventail de nos partenariats est large et s’étend du secteur municipal (ententes protocolaires facilitant l’accès à nos installations aux citoyens, bibliothèques m...

Voir plus

La fusion de trois cultures

En 1998, notre organisation a pris naissance avec la fusion de trois commissions scolaires aux réalités économiques et sociales bien différentes. Alors que l’une était établie en milieu urbain et jouissait d’une vitalité économique animée par la présence de grandes industries, les autres devaient plut...

Voir plus

Adaptation de la formation professionnelle et des Services aux entreprises à la réalité du milieu

Nos centres de formation professionnelle (CFP) et nos Services aux entreprises ont multiplié les efforts pour s’adapter à la réalité territoriale et économique de notre milieu. Notamment reconnu comme un chef de file au...

Voir plus

Commission scolaire de l’Estuaire - image 1Commission scolaire de l’Estuaire - image 2Commission scolaire de l’Estuaire - image 3

Poursuite des initiatives de rapprochement avec les communautés autochtones

Quotidiennement, deux peuples à la culture et aux valeurs bien différentes se côtoient sur la Côte-Nord et de plus en plus, ceux-ci sont appelés à interagir, même que les élèves autochtones sont de plus en plus nombreux à fréquenter nos écoles. Convaincus qu’une connaissance accrue de la réalité de chacun faciliterait une meilleure cohabitation, nous poursuivrons un travail déjà amorcé pour favoriser un rapprochement entre les jeunes et moins jeunes Innus et non-Autochtones de notre territoire, en plus de favoriser la réussite éducative de ceux-ci.

Stratégie du Plan Nord

Dans le cadre de la Stratégie du Plan Nord, nous avons mis en place une équipe multidisciplinaire afin d’accompagner les jeunes adultes des Premières nations qui fréquentent la formation professionnelle et la formation générale des adultes sur notre territoire. Des activités de sensibilisation à la culture innue sont aussi prévues auprès des enseignants et des directions pour améliorer les pratiques d’intervention tout comme des activités culturelles pour favoriser la réussite et la motivation. Au secondaire, nous poursuivrons l’implication dans le projet InnuRassemble, une approche culturelle novatrice ayant pour but d’initier la rencontre entre les jeunes Innus de Pessamit et ceux de la commission scolaire.

Défi de la gestion/gouvernance avec les enjeux de 2020

Les exigences de plus en plus pointues de la part des autorités ministérielles, l’exposition accrue de nos faits et gestes sur la place publique et notre volonté de réussite de notre clientèle commandent l’élaboration d’un plan d’engagement vers la réussite dans lequel les écoles se reconnaîtront de manière à ce que leurs projets éducatifs, tout en reflétant leurs réalités propres et leurs spécificités, rejoignent les valeurs de la commission scolaire et identifient des moyens d’atteindre tous ensemble nos objectifs communs.

Élaboration d’un outil de suivi

L’atteinte de cet objectif passe notamment par l’élaboration d’un outil de suivi caractérisé par une reddition de comptes participative et inclusive qui permettra ultimement de répondre aux besoins d’informations des parents, de la population, du conseil des commissaires et du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. L’élaboration d’un plan de communication ciblant une utilisation accrue des technologies et des médias sociaux pour mieux rejoindre la population active est aussi un enjeu à court terme.

Recrutement et rétention de la main-d’œuvre

Depuis quelques années, les besoins de main-d’œuvre sont de plus en plus criants dans notre région. Alors que la pénurie était au départ davantage concentrée dans le secteur de l’enseignement, elle s’étend maintenant à d’autres catégories de personnel dont les professionnels et le personnel de soutien. Nous devrons donc innover pour tenter de contrer cette réalité qui tend à devenir une véritable problématique.

Accentuer nos efforts de mobilisation du milieu

En tant qu’acteur du développement économique, notre organisation devra accentuer ses efforts de mobilisation du milieu, de développement du sentiment d’appartenance et de concertation afin de favoriser la venue de personnel qualifié prêt à joindre son équipe, mais aussi à s’établir en région. Cette mobilisation passe bien entendu par la promotion des attraits et de la qualité de vie de notre région, mais aussi par une étroite collaboration avec les autres employeurs et acteurs du développement économique de manière à arrimer les emplois disponibles et à combler les éventuels besoins, par exemple, de couples intéressés à s’établir ou à demeurer en région.