• Jean-Pierre Pigeon, président

    Mon engagement dans le milieu scolaire a commencé dès l’entrée en maternelle de mon premier enfant en 1977. J’étais alors membre du comité d’école, puis j’ai siégé au comité de parents. Je me suis donc familiarisé avec le monde scolaire jusqu’au jour où j’ai été élu comme commissaire de mon quartier en 1984.

    À titre d’élu scolaire, j’ai progressivement occupé plusieurs fonctions, passant de commissaire, à vice-président, puis président de mon conseil. Pour ce qui est de la FCSQ, j’ai notamment siégé sur le conseil d’administration, les commissions permanentes sur les ressources humaines, les enjeux politiques et financiers ainsi que sur le comité du budget.

    Pour le futur, je souhaite que la démocratie scolaire soit maintenue. Je crois fermement en cette entité politique qui assure le bon fonctionnement général de nos institutions et le mieux-être de nos élèves, jeunes et adultes, ainsi que des membres du personnel. J’ai particulièrement à cœur la santé financière et le développement de nos élèves dans des milieux sains et épanouissants.

  • Martin Savoie, directeur général

    Mon engagement dans le milieu scolaire a commencé dès l’entrée en maternelle de mon premier enfant en 1977. J’étais alors membre du comité d’école, puis j’ai siégé au comité de parents. Je me suis donc familiarisé avec le monde scolaire jusqu’au jour où j’ai été élu comme commissaire de mon quartier en 1984.

    À titre d’élu scolaire, j’ai progressivement occupé plusieurs fonctions, passant de commissaire, à vice-président, puis président de mon conseil. Pour ce qui est de la FCSQ, j’ai notamment siégé sur le conseil d’administration, les commissions permanentes sur les ressources humaines, les enjeux politiques et financiers ainsi que sur le comité du budget.

    Pour le futur, je souhaite que la démocratie scolaire soit maintenue. Je crois fermement en cette entité politique qui assure le bon fonctionnement général de nos institutions et le mieux-être de nos élèves, jeunes et adultes, ainsi que des membres du personnel. J’ai particulièrement à cœur la santé financière et le développement de nos élèves dans des milieux sains et épanouissants.

  • Conseil des commissaires

    Jean-Pierre Pigeon
    Antonio Blouin
    Jean-Yves Dupuis
    Jean-Marc Lemieux
    Jacques Létourneau
    Sébastien Lévesque
    Marie-France Minville
    Aline Perry
    Isabelle Richard
    Aline Smith
    France Tapp
Commission scolaire des Chic-Chocs - image 1Commission scolaire des Chic-Chocs - image 2Commission scolaire des Chic-Chocs - image 3

Portrait

Le territoire de la Commission scolaire des Chic-Chocs s’étend depuis Les Capucins (à l’ouest de Sainte-Anne-des-Monts) jusqu’à Coin-du-Banc (à proximité de Gaspé), en incluant Murdochville, ce qui comprend treize municipalités. La Commission scolaire des Chic-Chocs, dont le siège social est situé à Gaspé, offre l’enseignement à 4 800 élèves, jeunes et adultes. Elle se caractérise par un territoire très étendu, une clientèle en décroissance et un niveau de défavorisation élevé. L’organisation met tout en œuvre afin de maintenir les petites écoles de village de son large territoire. Dans cinq ans, nous souhaitons :

  • l’atteinte, voire le dépassement, du taux de réussite et de qualification de 78 % fixé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES);
  • une bonne progression dans l’atteinte des nouveaux indicateurs établis dans la politique sur la réussite éducative du MEES;
  • une consolidation de l’offre de programmes de formation professionnelle du Centre Micheline-Pelletier;
  • une stabilisation de la clientèle jeune qui ne cesse de diminuer depuis la naissance de la Commission scolaire des Chic-Chocs en 1998;
  • une correction de la pénurie de main-d’œuvre dans l’organisation.
Commission scolaire des Chic-Chocs - image 1Commission scolaire des Chic-Chocs - image 2Commission scolaire des Chic-Chocs - image 3

Histoire

En 1985, les commissions scolaires de la Tourelle et Régionale des Monts ont été fusionnées en une entité, soit la Commission scolaire de la Tourelle. En 1992, les commissions scolaires Grande Hermine, Forillon et Régionale de la péninsule ont été réunies pour devenir la Commission scolaire des Falaises. La Commission scolaire des Chic-Chocs est née, en 1998, de la fusion des commissions scolaires des Falaises et de la Tourelle. Fait intéressant : en 1985-1986, Sœur Roseline Fournier assumait la direction générale par intérim de la Commission scolaire Forillon. Il s’agit de la seule femme à avoir occupé ce poste dans l’ensemble de notre territoire actuel.

Commission scolaire des Chic-Chocs - image 1Commission scolaire des Chic-Chocs - image 2Commission scolaire des Chic-Chocs - image 3

Centre Micheline-Pelletier

L’implantation du Centre Micheline-Pelletier, à Sainte-Anne-des-Monts, dans la MRC de La Haute-Gaspésie, est le fruit de plusieurs années de travail et de concertation avec plusieurs acteurs du milieu. Ce nouveau centre a, entre autres, permis une bonification de l’offre de programmes de formation professionne...

Voir plus

Événements pédagogiques

Les événements pédagogiques de 2004 (Apprendre c’est devenir autre !) et de 2014 (Portés par le courant), organisés par l’équipe des service éducatifs aux jeunes, ont permis à l’ensemble du personnel de la Commission scolaire des Chic-Chocs de se rassembler en un endroit du t...

Voir plus

Colloque scolaire-municipal

Tenue d’un colloque scolaire-municipal le 29 avril 2006, organisé par le Regroupement des commissions scolaires de la Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine. Cet événement a rassemblé 70 élus scolaires, municipaux et représentants des ministères de l’Éducation, du Loisir et du Sport, de...

Voir plus

Commission scolaire des Chic-Chocs - image 1Commission scolaire des Chic-Chocs - image 2Commission scolaire des Chic-Chocs - image 3

Nos efforts des prochaines années seront orientés vers la réussite du plus grand nombre d’élèves, et donc, sur l’augmentation de notre taux de réussite.

Nous poursuivrons nos efforts dans le déploiement et l’utilisation des deux outils les plus puissants auxquels nous avons accès, soit la Réponse à l’intervention (RAI) et les communautés d’apprentissage professionnelles (CaP). Nous maintiendrons, voire intensifierons, l’implantation de ces façons de faire pour en arriver à toucher l’ensemble des niveaux de tous nos établissements.

Le recrutement du personnel.

Avec la mise en place de nouvelles mesures du ministère afin de soutenir les écoles, nous nous retrouvons en pénurie de main-d’œuvre. Nous devons donc conjuguer avec une très grande difficulté à combler les postes vacants en plus de nos banques de suppléants qui sont à sec.

Plusieurs stratégies sont envisagées dont une présence accrue aux salons de l’emploi, une utilisation plus importante des médias sociaux dans l’affichage de nos postes et la création de nouveaux partenariats avec des organismes et autres maisons d’enseignement.

La baisse démographique

Un développement accru de notre offre de formation professionnelle et une plus grande utilisation des technologies afin de rejoindre notre clientèle adulte.