• Alain Fortier, président

    C’est en 2003 que j’ai pris la décision de m’impliquer à l’école de mon fils, ne sachant pas vraiment ce que cela représentait. J’avais fait des études avancées en science de l’éducation, participé à plusieurs colloques et congrès dans le domaine et accompagné des futurs enseignants en formation initiale partout dans la province. Fort de ce bagage, je souhaitais contribuer à la qualité de la conversation enseignants-parents. Je connaissais bien le conseil d’établissement, mais je n’avais aucune idée des autres aspects de la politique scolaire. Deux mois plus tard, j’étais élu commissaire-parent pour l’ordre primaire. J’avais d’ailleurs milité en faveur du vote des parents au conseil des commissaires. Le plaisir de la discussion, l’interaction avec les collègues, la joute des idées auront déclenché, chez moi, une passion pour la politique scolaire. À l’élection de 2007, je fus élu commissaire de ma circonscription et membre du comité exécutif. Dès 2009, mes pairs m’ont choisi pour devenir président de la Commission scolaire des Découvreurs, rôle que j’assume encore aujourd’hui avec beaucoup de fierté.

  • Christian Pleau, directeur général

    Cheminement professionnel : j’ai fait mon entrée à la Commission scolaire des Découvreurs en 1991 et assumé, tour à tour, les fonctions d’enseignant, de direction adjointe et direction d’un centre de formation professionnelle, direction du Service des ressources financières, direction des Services éducatifs, direction générale adjointe et finalement, direction générale (DG) depuis janvier 2016. Les éléments suivants expliquent en bonne partie ce qui me passionne dans la fonction de DG :

    • la chance de pouvoir évoluer dans un poste où notre contribution permet à des enfants, des élèves, de mieux apprendre;
    • la satisfaction d’être au service des milieux et de faciliter le travail des gens qui « font l’école »;
    • la grande diversité des dossiers à traiter;
    • le défi intellectuel que comporte la gestion d’une organisation où se côtoient autant d’acteurs aux enjeux différents (commissaires, cadres, personnel syndiqué, parents, villes, organismes, ministère, etc.);
    • l’appartenance à un réseau où les échanges sont généreux, fructueux et nous permettent de toujours s’améliorer, de continuer à apprendre sans cesse.

  • Conseil des commissaires

     

    De gauche à droite

    Rangée avant
    Marie-Josée Truchon, Roseline Drolet, et Damien De Halleux

    Rangée du centre
    Sylvie Ouellet, Stéphane Lapierre, Lucien Chabot, Johanne Poulin-Ouellet, et Réjeanne Beaulieu

    Rangée arrière
    Harold Gaboury, Martin Corbeil, Jean-Philippe Bouchard, Alain Fortier, Gaston Dionne, et Isabelle Filion

    Absente sur la photo
    Mary Fortier

Commission scolaire des Découvreurs - image 1Commission scolaire des Découvreurs - image 2Commission scolaire des Découvreurs - image 3

Portrait

Le territoire couvre trois villes, soit celles représentant la rive-nord du Québec métropolitain (Québec, Ancienne-Lorette et Saint-Augustin).

Traits distinctifs : milieu urbain, territoire très concentré géographiquement, population favorisée et scolarisée, mais augmentation notable de l’immigration depuis cinq ans à 10 ans.

Considérant un contexte sociodémographique favorable et un historique d’excellence en matière de diplomation, la Commission scolaire des Découvreurs (CSDD) se maintient, année après année, dans le peloton de tête en matière de diplomation et de persévérance.

La CSDD connaît, depuis quelques années, une période de croissance du nombre d’élèves au secteur jeunes. Une croissance graduelle qui permettra de consolider ses acquis et de solidifier son offre de service au secondaire.

Commission scolaire des Découvreurs - image 1Commission scolaire des Découvreurs - image 2Commission scolaire des Découvreurs - image 3

Histoire

La Commission scolaire des Découvreurs a été fondée en 1986, à la suite de la fusion des commissions scolaires Sainte-Foy et Régionale-de-Tilly. Les découvreurs de notre ville ont ensemencé la terre et certains d’entre eux ont véritablement foulé le sol du territoire de la commission scolaire : Jacques Cartier, Guillaume Bonhomme, Jean Dequen, Gabriel Druillettes, Charles Albanel et Louis Jolliet. C’est pour rappeler la mémoire de tous ces aventuriers qu’a été nommée « des Découvreurs » la nouvelle commission scolaire, il y a 30 ans.

Commission scolaire des Découvreurs - image 1Commission scolaire des Découvreurs - image 2Commission scolaire des Découvreurs - image 3

Pionnière

La Commission scolaire des Découvreurs fût la première de la région à implanter le programme d’Éducation internationale, programme permettant aux élèves une ouverture sur le monde par la réalisation de projets de niveau et l’affiliation à l’organisme du même nom, qui reconnaît le caractère distinctif du pro...

Voir plus

La diversité et la complémentarité de l’offre de service

La diversité et la complémentarité de l’offre de service au niveau secondaire est source de grande fierté à la Commission scolaire des Découvreurs. Les quatre écoles secondaires offrent un éventail de programmes et de concentrations qui répondent aux besoins d’une major...

Voir plus

L’assouplissement de la formation professionnelle

Le réalignement et l’assouplissement de l’offre de service en formation professionnelle mérite également d’être souligné. Après deux périodes de restructuration régionale de la carte des programmes, la Commission scolaire des Découvreurs offre ...

Voir plus

Commission scolaire des Découvreurs - image 1Commission scolaire des Découvreurs - image 2Commission scolaire des Découvreurs - image 3

La diminution de la ségrégation scolaire

Plus de deux élèves sur trois de niveau secondaire fréquentent un établissement privé ou un programme particulier d’une école publique sur le territoire de la Commission scolaire des Découvreurs. La diminution de la ségrégation scolaire et l’adaptation des pratiques à la diversité des élèves constituent ainsi le plus grand défi de notre organisation. La réponse aux besoins des élèves et des parents par une offre de service diversifiée doit demeurer une préoccupation. Cependant, la classe ordinaire doit pouvoir inclure tous les profils d’élèves, quelques soient leur provenance, leurs défis ou leurs aspirations.

La consolidation et le développement de l’offre de service

La consolidation et le développement de l’offre de service des écoles secondaires devra prévoir une plus grande part d’inclusion et favoriser les concentrations qui permettent aux élèves de fréquenter les mêmes classes plutôt que les programmes à vocation particulière où les élèves sont sélectionnés et scolarisés à l’intérieur de groupes fermés.

L’intégration et la diplomation des élèves issus de l’immigration

L’intégration et la diplomation des élèves issus de l’immigration, particulièrement ceux ayant des grands retards scolaires, sera également un enjeu important dans les prochaines années. Près de 15 % des élèves inscrits dans nos écoles primaires et secondaires sont nés à l’étranger. Le maintien d’un taux de diplomation élevé sera tributaire de la réussite des élèves les plus vulnérables dont font partie les élèves immigrants issues de familles de réfugiés.

L’ajout de classes de maternelle 4 ans

L’ajout de classes de maternelle 4 ans est un premier moyen de socialisation et d’intégration rapide des enfants issus de milieux défavorisés et pour ceux n’ayant pas accès à un service de garde. De plus, il faudra raffermir les liens avec les parents et les communautés immigrantes pour leur permettre de bien accompagner leur enfant dans le processus d’apprentissage.

La relève des directions d’établissement et des cadres scolaires

La relève des directions d’établissement et des cadres scolaires constitue également un enjeu important pour la commission scolaire. Nous devrons, en effet, remplacer près de 50 % des cadres au cours des cinq prochaines années. La stabilité des milieux et la préservation de l’expertise des services administratifs sera donc une préoccupation.

Offrir les opportunités de développement professionnel

Nous initions actuellement un groupe de relève des directions d’établissement et souhaitons leur offrir les opportunités de développement professionnel nécessaire à une intégration harmonieuse le moment venu. Ce plan de relève prévoit notamment des stages, du mentorat, des formations spécialisées spécifiques à la Commission scolaire des Découvreurs, en plus de la formation qualifiante offerte par les universités.