• Francine St-Denis, présidente

    Je me suis engagée dès que mon fils est entré à la maternelle. C’était il y a près de 25 ans. J’ai siégé au comité de parents, j’ai connu les conseils d’orientation, puis les conseils d’établissement. C’est à titre de commissaire-parent que j’ai fait mon entrée au conseil des commissaires. J’ai été élue comme commissaire en 2007, et lors des dernières élections, j’ai été élue à la présidence.

    Longtemps impliquée dans les milieux sportif et culturel de la région, j’ai compris l’importance de développer des partenariats et de tisser des liens entre le milieu scolaire et la communauté.

    Le respect des institutions publiques, l’acceptation des différences m’animent au plus haut point. Je m’applique à faire reconnaître les réalisations extraordinaires de notre commission scolaire, qui contribue au développement du modèle québécois en éducation. Je suis éminemment fière d’elle et de son rayonnement dans notre milieu, au Québec, et à l’international.

  • Sophie Proulx, directrice générale

    Avec mes 16 années d’expérience à la direction générale, je figure parmi les doyennes en termes d’expérience à la direction générale dans l’ensemble des commissions scolaires du Québec. J’ai fait mes débuts en éducation en tant qu’enseignante au secondaire, puis j’ai été directrice adjointe au régulier et en adaptation scolaire, toujours dans une école secondaire. J’ai été à la tête de la polyvalente de Vaudreuil, aujourd’hui l’école secondaire de la Cité-des-Jeunes, une des plus grandes écoles secondaires au Québec.

    Pour moi, il n’y a pas de petites réussites, puisque chacune d’elles amène l’élève toujours un peu plus loin. Je suis ainsi très sensible au développement du plein potentiel de chaque élève, et aussi de chacun des membres du personnel. En tant que directrice générale, mon rôle est de rassurer les gens qui travaillent avec nous et surtout de les accompagner pour permettre à l’organisation d’innover et de répondre aux besoins d’aujourd’hui. Malgré notre croissance, notre gestion peut s’effectuer à l’échelle humaine, et j’ai le souci de conserver cette approche.

  • Conseil des commissaires

    De gauche à droite

    Rangée avant
    Suzanne Denis, Gilbert Maltais, Francine St-Denis, Chantale Caza, et Guy Lussier

    Rangée arrière
    Patrick Parent, Isabelle Gaudreault, Philip Lapalme, Marielle Rodrigue, Patrick Martineau, Stéphane Vincent, Michel Lacerte, Stefania Biacchi, et Sébastien St-Amour

    Absent sur la photo
    Daniel Jutras

Commission scolaire des Trois-Lacs - image 1Commission scolaire des Trois-Lacs - image 2Commission scolaire des Trois-Lacs - image 3

Portrait

Nous sommes situés dans la MRC de Vaudreuil-Soulanges, à l’extrémité ouest de la Montérégie, et tout juste à l’ouest de l’île de Montréal. Notre territoire compte 23 municipalités. Isolé sur le plan géographique entre des ponts et les lacs Deux-Montagnes, Saint-Louis et Saint-François, notre territoire est le seul au Québec qui soit traversé par toutes les principales autoroutes (A-20, A-30 et A-40).

La région connaît une forte croissance démographique; la population a connu une augmentation de 20 % entre 2006 et 2014, et d’ici cinq ans, elle pourrait augmenter encore de 40 000 personnes. Heureusement, le fait de trouver une seule MRC et un seul centre intégré de santé et de services sociaux sur le territoire facilite la concertation avec le milieu, puisque nous partageons les mêmes réalités géographiques et socioéconomiques.

En période de croissance et d’une certaine abondance liée à notre développement, nous devons garder le cap et toujours chercher à ce que tous soient engagés dans la progression de l’élève. Chacun joue son rôle et contribue à cette réussite; nous devons maximiser le potentiel de chacun des membres de notre personnel.

Depuis de nombreuses années déjà, nous nous appuyons sur des pratiques démontrées efficaces en éducation. Nous sommes d’ailleurs précurseurs de certaines façons de faire dans le domaine de l’éducation au Québec. Nous avons su développer une vision claire et commune de tous les intervenants du milieu sur les actions à poser pour atteindre nos objectifs.

Ces actions touchent tous les niveaux scolaires, et une attention particulière est portée pour agir très tôt dans le cheminement scolaire des élèves. Elles consolident leurs acquis et leur donnent les moyens d’avancer dans leurs apprentissages. Nous sommes très confiants de ce que nous réserve l’avenir. À long terme, notre organisation consolidera l’accompagnement de ses élèves et de son personnel, tout en conservant ses liens très étroits avec la communauté.

Depuis les huit dernières années, notre taux de sorties sans diplôme ni qualification parmi les élèves du secondaire en formation générale des jeunes ne cesse de diminuer. Cette année, ce taux atteint 10 %, dépassant notre cible établie à 12 %. C’est donc dire que notre formule fait ses preuves.

Commission scolaire des Trois-Lacs - image 1Commission scolaire des Trois-Lacs - image 2Commission scolaire des Trois-Lacs - image 3

Histoire

Créée en 1992, à la suite de la fusion volontaire des commissions scolaires de l’Île-Perrot, de Vaudreuil, de Soulanges ainsi que de la Commission scolaire régionale de Vaudreuil-Soulanges, la commission scolaire fête cette année son 25e anniversaire. L’implantation des commissions scolaires linguistiques en 1997 a marqué la fin d’un lien historique avec la communauté anglophone, avec laquelle nous avions développé une belle collaboration.

Notre région, tout comme notre organisation, a connu une forte croissance au cours de ces années. Nous avons accueilli près de 2 000 élèves de plus dans les huit dernières années, et plusieurs d’entre eux proviennent des quatre coins du monde. Cette nouvelle réalité apporte à nos milieux une importante richesse culturelle et une ouverture sur le monde.

Commission scolaire des Trois-Lacs - image 1Commission scolaire des Trois-Lacs - image 2Commission scolaire des Trois-Lacs - image 3

Les communautés d’apprentissage professionnelles : une formule gagnante pour la réussite scolaire

Développement d’outils pédagogiques communs à la commission scolaire et dans les écoles : l’arrimage des projets éducatifs et les plans de réussite des écoles s’effectuent naturellement avec la planification stratégique de la ...

Voir plus

Des formations professionnelles qui se démarquent et contribuent au développement économique

La formation professionnelle du multicentre des Trois-Lacs contribue au rayonnement de la commission scolaire dans son rôle crucial quant au développement économique régional, et aussi national; ce dernier aspect est particulièrement représent...

Voir plus

Efficacité énergétique : des solutions durables exemplaires

La commission scolaire a toujours eu le souci de prendre rigoureusement soin de son parc immobilier. C’est dans cette optique que nous avons récemment entrepris un important virage vers l’efficacité énergétique dans 16 de nos bâtiments. Réfection de cha...

Voir plus

Commission scolaire des Trois-Lacs - image 1Commission scolaire des Trois-Lacs - image 2Commission scolaire des Trois-Lacs - image 3

La croissance de la clientèle scolaire

La croissance continue de la commission scolaire est un enjeu majeur. Nous avons accueilli 2 000 élèves de plus dans les huit dernières années. Cela a nécessité la construction de quatre nouvelles écoles primaires et deux agrandissements. Les prévisions indiquent que nous accueillerons 1 000 autres élèves dans un horizon de cinq ans. Nous sommes actuellement déjà à pleine capacité dans la majorité de nos établissements, nous aurons nécessairement besoin d’autres écoles à courte échéance.

Des demandes de construction d’école sont déjà transmises au Ministère et nous avons eu des discussions avec quelques municipalités pour l’octroi de terrains. En attendant les ajouts d’espace, nous devons composer avec des transferts d’élèves et nous nous assurons de respecter les règles en vigueur pour minimiser l’impact sur les familles.

L'accueil et intégration de la clientèle immigrante

La croissance démographique de la région amène aussi une autre réalité dans nos écoles, celle de l’accueil et de l’intégration de la clientèle immigrante. Il y a une dizaine d’années, des périodes de francisation étaient offertes à 200 élèves, alors que cette année, près de 800 élèves recevront les services. Lors de l’inscription des élèves, il est maintenant habituel d’accueillir des enfants allophones. À l’occasion, des enfants qui fréquentent déjà l’école traduisent pour leurs parents ou pour d’autres adultes.

Pour favoriser l’intégration des élèves allophones et celle de leurs parents, des projets de jumelage entre élèves et parents ont vu le jour dans plusieurs écoles. Nous offrons également des cours de francisation aux adultes, souvent des parents de nos élèves, et notre centre devient vite un repère pour ceux qui le fréquentent. Grâce à des ententes et au soutien du gouvernement par l’entremise de ses ministères, une plus grande clientèle immigrante est référée à notre commission scolaire, et celle-ci a également accès aux entreprises de la région pour offrir de la francisation aux travailleurs.

La pénurie de main-d’œuvre

Nous agrandissons nos écoles, nous en construisons de nouvelles, et, pour une meilleure chance de réussite, le nombre d’élèves par classe a diminué au cours des dernières années. Le Ministère octroie aussi des sommes financières pour l’ajout de ressources dans nos classes. Nous sommes ainsi constamment en recherche de personnel qualifié pour de nombreux emplois et nous nous heurtons présentement à une pénurie de main-d’œuvre dans plusieurs corps d’emploi.

Pour favoriser l’intégration des élèves allophones et celle de leurs parents, des projets de jumelage entre élèves et parents ont vu le jour dans plusieurs écoles. Nous offrons également des cours de francisation aux adultes, souvent des parents de nos élèves, et notre centre devient vite un repère pour ceux qui le fréquentent. Grâce à des ententes et au soutien du gouvernement par l’entremise de ses ministères, une plus grande clientèle immigrante est référée à notre commission scolaire, et celle-ci a également accès aux entreprises de la région pour offrir de la francisation aux travailleurs.