• Pierre Rivard, président

    Mon implication en politique scolaire a débuté par une invitation à participer au conseil d’établissement d’une école de la région il y a déjà plusieurs années. Je me suis rendu compte rapidement que les directions d’école avaient un besoin constant de l’avis des parents pour bien saisir le besoin des élèves. J’ai constaté que notre présence contribuait à la mission éducative de l’école. Je suis commissaire depuis 2012 et président depuis 2016 après la démission de notre présidente. J’ai toujours aimé l’école, l’apprentissage, les activités sportives, scientifiques, artistiques et même politiques (gouvernement étudiant) que j’ai vécu dans les écoles que j’ai fréquentées. Fort de mes expériences, celles communiquées par mes enfants dans nos écoles et de ma passion pour l’apprentissage et la vie scolaire, j’ai choisi comme mission de partager ma vision de l’école et contribuer à soutenir les gens qui œuvrent, chaque jour, à une meilleure éducation pour les jeunes.

  • Éric Larivière, directeur général

    J’ai le plaisir d’œuvrer à la Commission scolaire du Lac-Témiscamingue depuis plus de 26 ans. J’ai pu contribuer à la cause de l’éducation tant aux secteurs primaire, secondaire, des adultes et de formation professionnelle en étant enseignant, direction d’école, direction du Service des ressources humaines et j’occupe le poste de directeur général depuis l’année 2006.

    J’aime affirmer que j’ai la chance de pouvoir travailler dans une commission scolaire de petite taille, mais qui est très grande par la qualité de ses employés.

    Je vis dans un milieu où tout le monde se connaît et où il est à la fois facile et essentiel d’établir des partenariats. Ce qui me passionne, c’est la mobilisation des différentes équipes à l’interne afin de les amener à collaborer avec les divers acteurs du territoire dans le but d’atteindre notre objectif commun qu’est la réussite ainsi que le développement du plein potentiel de nos élèves jeunes et adultes.

    Tous ensemble, nous pouvons faire la différence.

  • Conseil des commissaires

    Pierre Rivard
    Renald Baril
    Denis Beauvais
    Marie-Josée Girard
    Jonathan Jensen Lynch
    Claudine Laforge
    Ghyslaine Morin-Jolette
    Hélène Nickner
    Denis Paquet
    Renelle R.-Lessard
    Jean-François Trahan
    Célia Vincent-Cadieux
Commission scolaire du Lac-Témiscamingue - image 1Commission scolaire du Lac-Témiscamingue - image 2

Portrait

La Commission scolaire du Lac-Témiscamingue (CSLT) couvre tout le territoire de la MRC de Témiscamingue où on retrouve 19 000 personnes réparties entre 20 municipalités, deux territoires non organisés et quatre communautés algonquines.

Le Témiscamingue est une région-ressource, caractérisée par son vaste territoire forestier, ses terres agricoles et plus de 6 000 lacs et rivières. Les richesses naturelles de la région ont favorisé le développement de l’industrie forestière, de l’agriculture, de la villégiature et d’activités récréotouristiques axées sur les ressources du milieu naturel.

La CSLT a donc le défi d’organiser les services éducatifs pour 2 159 élèves jeunes et adultes dispersés sur un immense territoire où on ne retrouve aucun centre urbain majeur. Le contexte géographique nous oblige, malgré la faible densité de population, à avoir 12 écoles primaires, quatre écoles secondaires et deux centres d’éducation des adultes et de formation professionnelle composés de deux autres pavillons.

La CSLT joue un rôle de premier ordre dans la communauté témiscamienne. Nous sommes actifs sur de nombreux comités et faisons partie prenante du développement du territoire bien au-delà de notre mission première, notamment pour les secteurs économique, social, culturel ainsi que du domaine du loisir et du sport.

La CSLT est reconnue dans son milieu pour être une commission scolaire à dimension humaine qui a l’avantage d’évoluer au sein d’une collectivité où tout le monde se connaît. Le tout facilite la communication, l’accès aux personnes ainsi qu’aux services et nous donne des conditions gagnantes pour agir tôt.

Lorsqu’on regarde l’avenir, il est clair pour l’ensemble de la communauté témiscamienne que la CSLT contribue grandement à la vitalité du milieu et son existence ne devrait plus être remise en question.

Commission scolaire du Lac-Témiscamingue - image 1Commission scolaire du Lac-Témiscamingue - image 2

Histoire

En 1970, la Commission scolaire du Lac-Témiscamingue (CSLT) est issue du regroupement des commissions scolaires locales primaires de son territoire. Dès sa création, les commissaires et gestionnaires de l’époque se sont attaqués au dossier de l’intégration afin de rapatrier au Témiscamingue l’administration du secondaire et de l’éducation des adultes qui se retrouvaient à ce moment-là sous la responsabilité de la Commission scolaire régionale du Cuivre à Rouyn-Noranda.

Le point tournant du dossier de l’intégration se situe en 1973. Le sous-ministre de l’Éducation, accompagné de plusieurs hauts fonctionnaires viennent rencontrer les dirigeants de la CSLT avec l’intention de refuser l’intégration. Pendant les discussions, plus de 1000 personnes sont réunies en appui au projet. Cette réaction de la population a eu des échos jusqu’à Québec et l’arrivée du nouveau ministre de l’Éducation, François Cloutier, redonne espoir et a permis un dénouement heureux.

L’objectif fut atteint en 1975 et c’est depuis ce jour que nous avons la commission scolaire que nous connaissons aujourd’hui.

Commission scolaire du Lac-Témiscamingue - image 1Commission scolaire du Lac-Témiscamingue - image 2

Création et maintien de la Commission scolaire du Lac-Témiscamingue

Le Témiscamingue, même s’il fait partie de la région de l’Abitibi-Témiscamingue, est l’une des régions les plus isolées du Québec. Si on fait abstraction des frontières et des limites administratives, la réalité géographique montre que c’est davantage avec...

Voir plus

Sport-études et écoles à vocation particulière

Une des grandes fiertés de la commission scolaire est le fait que malgré la petite taille de nos écoles, celles-ci réussissent à se donner des vocations particulières.

Nous avons des écoles préscolaires-primaires avec des vocations sciences et technologies, sport et ...

Voir plus

Commission scolaire du Lac-Témiscamingue - image 1Commission scolaire du Lac-Témiscamingue - image 2

Développer et diversifier l’offre en formation professionnelle sur le territoire

La Commission scolaire du Lac-Témiscamingue ne possède que quatre programmes de formation professionnelle (DEP) ce qui fait en sorte que nos élèves doivent quitter pour poursuivre leurs études, car l’offre de formation n’est pas suffisamment diversifiée. Cette situation a un impact sur la rétention de nos jeunes et favorise la dévitalisation du territoire.

De plus, la région a de grands besoins de main-d’œuvre et il est essentiel d’obtenir d’autres DEP pour augmenter la qualification, mais aussi pour répondre au principe d’adéquation formation-emploi.

Obtenir huit nouvelles cartes dont quatre cartes qui viendraient consolider notre champ d’expertise actuel qu’est l’agriculture et quatre cartes du secteur d’activité bâtiments et travaux publics.

Les cartes de formation recherchées ne sont pas disponibles en Abitibi-Témiscamingue et viendraient grandement aider à combler les besoins de main-d’œuvre de la région qui vit en contexte de plein emploi. De plus, nous désirons développer l’offre de formation à distance.

Augmenter le taux de qualification de nos élèves afin d’atteindre 90 % d’ici 2030

L’éducation est la base de la vitalité d’un territoire, nous devons tout mettre en œuvre pour développer le plein potentiel de tous nos élèves jeunes et adultes.

Nous devons innover et explorer la recherche et ainsi s’inspirer des bonnes pratiques que l’on peut retrouver dans d’autres écoles de petite taille au Québec, mais aussi ailleurs dans le monde.

Nous devons nous assurer d’exploiter au maximum le modèle de financement et demander des mesures adaptatives au Ministère lorsque c’est nécessaire.

L’utilisation des technologies au service de la pédagogie demeure un moyen intéressant à exploiter.

Bonifier les ententes que nous avons avec les partenaires du milieu afin de poursuivre notre offre diversifiée, particulièrement pour tout ce qui touche le parascolaire.

Augmenter le taux de qualification de nos élèves afin d’atteindre 90 % d’ici 2030

L’éducation est la base de la vitalité d’un territoire, nous devons tout mettre en œuvre pour développer le plein potentiel de tous nos élèves jeunes et adultes.

Réaliser un plan d’engagement vers la réussite, mobilisateur, qui suscitera l’engagement tant du personnel de la commission scolaire que de l’ensemble des partenaires.

Travailler de concert avec le comité local en persévérance où l’on retrouve des représentants de nos principaux partenaires afin d’unir nos efforts pour augmenter la qualification chez nos élèves jeunes et adultes.

Enfin, s’assurer de poursuivre la mise en place d’un plan de formation du personnel basé sur la recherche et les meilleures pratiques.