• Philip Joycey, administrateur

    À titre d'administrateur de la Commission scolaire du Littoral, je travaillerai, de concert avec tous les partenaires, à la réalisation de la vision collective de notre commission scolaire, soit : contribuer au développement de citoyens compétents, responsables et autonomes qui, à leur tour, joueront un rôle majeur dans le développement et la durabilité des communautés de la Basse-Côte-Nord et de l'Île-d'Anticosti.

  • Conseil des commissaires

    De gauche à droite

    Rangée avant
    Dean McDonald, Marie Anderson, et Glen Bobbitt

    Rangée arrière
    Charline Marcoux, Jacqueline Gallibois, Adeline Anderson, et Nadia Wellman

Commission scolaire du Littoral - image 1Commission scolaire du Littoral - image 2Commission scolaire du Littoral - image 3

Portrait

La plus petite commission scolaire du Québec en termes d’effectif scolaire est située le long de la Basse-Côte-Nord du Golfe-du-Saint-Laurent. Son territoire s’étend sur une distance de 460 kilomètres, de Kegaska à Lourdes-de-Blanc-Sablon, incluant Port-Menier sur l’île d’Anticosti. Le territoire n’est pas relié au réseau routier québécois. L’accès au territoire se fait seulement par voie aérienne, maritime ou bien par la « route blanche » en motoneige.

Elle dessert neuf villages anglophones et quatre villages francophones, dont la population varie entre 100 et 1 000 habitants. Sa clientèle scolaire est d’approximativement 450 élèves et elle emploie environ 200 personnes.

Elle offre des services éducatifs en formation générale des jeunes, au préscolaire, primaire et secondaire. Pour la clientèle adulte, elle offre des services ’alphabétisation, de secondaire général, ainsi que des programmes de formation professionnelle (ententes avec d’autres commissions scolaires).

Commission scolaire du Littoral - image 1Commission scolaire du Littoral - image 2Commission scolaire du Littoral - image 3

Histoire

La Commission scolaire du Littoral (CSL), qui a célébré ses 50 ans d’existence cette année, n’est « pas comme les autres »….

Le 14 avril 1967, l’Assemblée nationale de la province de Québec sanctionnait la Loi 41, instituant la Commission scolaire de la Côte-Nord du Golfe St-Laurent. Cette commission scolaire « pas comme les autres », dirigée par un administrateur, devenait responsable de quinze localités, s’échelonnant de Kegaska à Blanc-Sablon, soit un territoire de 460 kilomètres, non relié par le réseau routier provincial québécois.

La Loi 41 créait donc la première commission scolaire « unifiée » de la province de Québec, desservant une population francophone, anglophone et autochtone de foi catholique et protestante et dispensant des services éducatifs de la maternelle au secondaire inclusivement. Par arrêté en conseil, le 18 juin 1975, le nom de la Commission scolaire de la Côte-Nord du Golfe St-Laurent était changé pour celui de la Commission scolaire du Littoral.

Par la Loi 48 sanctionnée le 18 juin 1976, le territoire de l’Île-d’Anticosti était annexé à la Commission scolaire du Littoral.

À la suite d’ententes intergouvernementales, les Autochtones acquièrent leur autonomie scolaire sur la réserve de Rivière-Saint-Augustin le 1er juillet 1990, et sur la réserve de La Romaine le 1er juillet 1991. Toutefois, la commission scolaire maintient ses services dans les deux localités concernées afin de desservir la population non-Autochtone ainsi que la population Autochtone adulte.

La commission scolaire détient un statut particulier dans le sens qu’elle est administrée par un administrateur, nommé par le Lieutenant-Gouverneur en conseil, qui remplace les commissaires d’écoles et le directeur général. Il exerce ses pouvoirs au moyen d’ordonnances dont copie est automatiquement transmise au ministère qui prend la décision de l’entériner ou de la désavouer en totalité ou en partie.

De plus, la Commission scolaire du Littoral se caractérise par le fait qu’elle n’est pas classée comme une commission scolaire linguistique.

Commission scolaire du Littoral - image 1Commission scolaire du Littoral - image 2Commission scolaire du Littoral - image 3

Ententes en formation professionnelle

La CSL n’a pas de carte de formation professionnelle. Cependant, et malgré les défis d’organisation et de distance, nous avons réussi à diplômer (D.E.P.) environ 200 personnes dans des programmes de formation professionnelle organisés par le biais d’ententes avec d’aut...

Voir plus

Services de proximité

Des cours en 4e et 5e secondaire s’organisent sur le territoire seulement depuis une vingtaine d’années. Donc, la Commission scolaire du Littoral est fière que ses élèves complètent leur parcours secondaire sur son territoire et n’ont plus besoin de voyager loin de chez eux pour obtenir u...

Voir plus

Accès à Internet haute vitesse

Les défis de connectivité sont très importants en région éloignée. La CSL est fière que toutes ses écoles ont accès à internet haute vitesse et sont reliées entre elles et aux centres administratifs. Ce projet de connectivité a pris une dizaine d’années à réaliser.

Voir plus

Commission scolaire du Littoral - image 1Commission scolaire du Littoral - image 2Commission scolaire du Littoral - image 3

Décroissance de l’effectif scolaire

Il faut dire que le plus grand défi est la gestion de la décroissance de l’effectif scolaire. Le territoire perd sa population en grand nombre, car il n’y a pas de diversification économique à la suite des moratoires et des changements dans l’industrie de la pêche.

Ce défi génère d’autres défis importants pour la commission scolaire et remet en question son existence en tant qu’entité distincte.

Défendre la particularité du territoire

Pour répondre aux défis, il faut continuer à faire valoir le besoin de traiter ce territoire de façon particulière et continuer de faire valoir les droits de la population qui décide de continuer à l’occuper.